LE RESTE

Liberté

By on janvier 8th, 2015

 13590691[1]

Nouvel Obs

woman-holds-candle-e85c-diaporama[1]

20 minutes

en-photos-je-suis-charlie-1420655211[1]

News vice

Aussi loin que je m’en souvienne, depuis mon plus jeune âge, dès que j’ai su tenir un crayon ou un stylo donc, je prenais toujours plaisir à dessiner. Et essayer d’écrire mon prénom aussi, de toutes les couleurs de l’arc en ciel. J’adorais l’effet que des dessins, colorés ou en noir et blanc, beaux ou moins beaux, pouvaient provoquer chez les gens. Et quand j’ai grandi, même si je ne suis pas douée, même si je ne suis pas un Charb ou un Cabu, j’aimais le faire; car je faisais ressentir des émotions. J’avais droit à tout type de réaction, du « c’est magnifique » pour faire plaisir, au « c’est beau » très sincère, au « c’est moche » contrôlé pour ne pas blesser. Mais j’ai tout de suite aimé ça. J’ai très vite compris, en grandissant, que l’art c’était ça. Bouleverser, faire peur, émouvoir, faire rire, passer des messages. Exprimer à travers des coups de crayons ce qu’on a dans les tripes et qui n’arrive pas à sortir avec les mots. Pendant que mes camarades trouvaient les cours de dessin inutiles, moi j’aimais me perdre dans un monde imaginaire qui me faisait oublier le monde dans lequel je vivais. Au collège, j’étais renfermée, reservée, parfois folle mais je réagissais toujours différemment en fonction des gens avec qui j’étais, car j’avais peur du jugement. Mais ma prof de dessin me disait toujours que le dessin m’aiderait sûrement à me sentir mieux dans ma peau. Et que même si je ne serais jamais ce Charlie, ce n’était pas ça qui comptait, c’était que ça me fasse du bien.

Puis, en grandissant, en m’affirmant (peut être trop), j’ai mis des mots sur des douleurs, j’ai écris, des heures et des heures jusqu’à en faire des nuits blanches, je m’achetais toujours des tas de carnets, que je remplissais en 2 semaines tellement j’avais de choses à dire. Le monde me faisait peur. Je voyais souvent ma mère pleurer à cause de ce qu’elle lisait, entendait, regardait aux informations. Elle n’est pas du genre à prendre du recul par rapport aux médias, elle est brute de décofrage et elle prend l’information comme telle. Elle lisait les bouquins de médecine dès que mes grands parents avaient des symptomes. Je pense qu’elle m’a refilé sa peur des choses, mais pas son pessimisme, heureusement. J’écrivais tellement que j’avais attrapé des ampoules à chaque doigt. Je souffrais mais j’aimais ça. Mon esprit se sentait de plus en plus libre, et libéré. Et ça tombait bien, je vivais (vis) dans LE pays de la liberté d’expression, je me disais que j’avais de la chance car ce n’était pas le cas de tout le monde. J’allais parfois très loin dans mes mots, en même temps, les mots d’une adolescente sont toujours un peu durs, alors la satire moi, elle ne me blessait pas, j’avais la distance pour la comprendre, et savoir que c’était un message qui voulait dire « on veut la paix, on veut tous s’aimer, se faire des câlins et oublier que parfois rien ne va mais ça ira quand même ». C’est sûr, nous ne sommes pas dans le monde des bisounours, tout n’est pas rose, tout le monde n’est pas gentil même si j’ai parfois je me force à y croire.

Malgré ce que me montraient les médias, j’étais optimiste. Je croyais en la vie, en la poursuite de ces rêves, j’étais ce petit caméléon qui ne savait toujours pas ce qu’elle voulait faire de sa vie, à part écrire, rire, danser, aimer, dessiner. Vivre. Sans se poser de questions. Je suis toujours comme ça aujourd’hui. Je touche à tout, je respire fort, parle fort, aime fort, déteste fort, lit fort, écrit des mots forts, et dessine, mal, mais fort. Pour faire passer des messages, peu importe lesquels. Et je ne suis pas encore morte pour ça.

Je passe par plusieurs stades en une rapidité monstre, de la joie à la tristesse, de l’amour à la haine, mais je n’arrivais pas le dire. Je préférais l’écrire, c’est toujours plus simple. C’était (c’est) ma liberté à moi. Je dis tout haut ce que tout le monde pense tout bas, je crois que c’est ça qui me rend détestable et touchante à la fois. Ce sont des personnages comme ça qui font vivre la société. Et tous ces Charlie qu’on a tué faisaient vivre la société et ses valeurs. La liberté, entre autres. Ils la maintenaient en vie. Ils étaient la liberté. Leurs dessins étaient des dessins magiques, représentatifs de ce qui les maintenaient en vie, qui les faisaient vivre, et qui leur faisaient oublier la société. Et qui nous la faisaient oublier un instant, par l’humour et la satire.

On a pas tué que des hommes qui faisaient des dessins merveilleux, remplis de messages, de douceur, parfois, de tendresse, de douleur, de force, de rage et de pensées profondes. On a tué la valeur fondamentale de la France. Enfin, non, on a essayé. Car je sais que moi, ce genre d’évenements me mettent en colère et me donneront envie de parler toujours plus fort, de crier quand je suis énervée, encore plus fort, d’écrire des mots encore plus forts, d’user d’humour noir encore et encore car je pense que l’on peut rire de tout. Je dessinerais toujours plus quand je n’aurais pas le moral. Aussi. J’irais à toutes les manifestations et rassemblements qu’il faut pour que cela change. Même si je ne reconnais plus mon pays, le pays dans lequel je suis née et dans lequel je vis. Je serais toujours contre les extrêmes. Tuer pour triompher, tuer pour détruire, violenter pour se soulager. J’ai toujours eu les mots pour me défendre, les mots pour essayer d’oublier les choses qui faisaient mal, ils avaient les dessins, et ce n’était pas un crime.

Je ne suis pas qu’une fille qui parle mode et beauté je suis autre chose. Ils n’étaient pas que des dessinateurs artistes qui gribouillaient ce qui les gênait ou leur faisait mal, ils étaient des hommes, des pères, des maris. Ne vous arrêtez plus aux apparences, ça tue.

 Edit du 12/01/2015 : Je me suis rendue à la marche ce dimanche 11 janvier 2015, en hommage à l’attentat contre Charlie Hebdo, en hommage aux victimes, les forces de l’ordre, les citoyens innocents qui venaient juste faire leurs courses, aux dessinateurs artistes au grand coeur . Je voulais en parler et donc faire un edit à l’article, car j’ai eu le temps de me poser pendant ces quelques jours, de réflechir en marchant en silence, d’observer, de lire les réactions diverses des gens. Et je trouvais ça important. Quitte à ce que mon article fasse 5000 mots.

10897900_10205556333208766_4455547066166846755_n[2]

@Clairoushkah, ma beauté <3

* Lors de la marche, qui a duré longtemps, dans ce froid glacial, bien qu’ensoleillé, j’ai réfléchi. Réflechi si j’avais eu raison d’y aller. Si je n’aurais pas du boycotter. Pour X raisons. Et en fait, je me suis sentie bien. Triste et heureuse à la fois. Je voyais tous ces gens autour de moi. Des noirs, des blancs, des jaunes, des musulmans, des tristes, des heureux, des jeunes, des moins jeunes, des handicapés, des homosexuels, des hétérosexuels, mais nous ne formions qu’un. Réunis ensemble pour la même cause. Le même drame. La même envie : se battre pour notre démocratie et ses valeurs de paix, d’amour, et de LIBERTE.

* J’ai parcouru les réseaux sociaux pendant 4 jours, la boule au ventre. J’étais au boulot sans y être. De 7 heures à 18 heures, pensant rattraper mon retard pour cause de congès des fêtes, mais je n’ai pas pu. Je lisais chaque seconde un tweet annoncant un mort, une nouvelle triste, de nouvelles situations. Je regardais les émissions spéciales, les informations. Et j’étais bouche bée face à tant d’horreur. Moi, 25 ans, grande gueule optimiste sur le monde, étant tellement heureuse d’avoir le droit de tenir un blog, d’écrire des articles sur internet, en disant ce qu’elle pense, que ce soit bon ou mauvais, sans que l’on ait à me redire quelque chose puisque c’est mon droit. Et mon droit le plus cher je crois. Bien au delà de tous les autres.

* Toujours en parcourant les réseaux, j’ai observé d’autres choses. Vos comportements d’internautes face aux évenements. Vos réactions à chaud. Et si j’ai été surprise dans le bon sens d’un côté, par tant de vague de soutien, d’amour, de solidarité, d’envie de mettre sa pierre à l’édifice avec des articles jolis, si bien écrits, si tristes en même temps, j’ai été déçue dans le mauvais pour d’autres. J’ai observé des personnes se tirer dans les pattes. A quel propos? Et bien, certaines blogueuses n’ont pas arrêté de publier leurs articles, malgré les évenements. Et elles ont été jugées, jugées parce qu’elles n’auraient pas respecté les victimes, et l’atroce évenement en faisant ça. J’aurais envie de dire que je ne suis pas d’accord. PAS DU TOUT. Chacun réagit à sa manière face à un drame, chacun a besoin de se reccueillir différemment. Moi j’ai écris un article sur l’évenement, puis j’ai choisi le silence. D’autres, ont décidées de continuer à parler de mode, de continuer à écrire sur la beauté, à tourner des vidéos, car c’était un moyen pour elles d’oublier leur tristesse.  Ne serait-ce qu’un peu. Et qui suis-je pour juger ça? Je ne connais pas personnellement toutes ces filles là, qui ont décidé de poster malgré tout, mais je ne suis personne pour les juger. Et j’estime que c’est leur droit. Ce n’est pas un manque de respect. Et ne serait ce pas ce pour quoi nous nous battons depuis des années, nos droits?

Chacun sa manière d’oublier, de passer à autre chose, du moins quelques cours instants, avant de retourner dans  l’actualité, la peur, l’angoisse, la tristesse, la colère. Ecrire des articles futiles, faire les soldes et être content de ses achats, aller au restaurant avec des amis, se détendre au spa avec l’amoureux, il n’y a aucun mal à ça. J’ai beau avoir passé un weekend en douceur avec mes proches, je n’oublie pas. Je n’oublierais pas.

*Enfin, ultime observation. Suite à des échanges avec quelques amis, je me suis pris pas mal de remarques dans la gueule. Par rapport à cet article, que certains ont trouvé malvenu. Alors oui, le reste du temps, comme on me l’a bien signalé, nous ne manifestons pas plus que ça suite à de tels évenements, comme les évenements en Syrie, lorsque la première tentative d’attentat à Charlie Hebdo a eu lieu, nous n’avons pas manifesté non plus. Lorsque l’un des dessinateurs était sous protection policière pendant 8 ans, la plupart n’en avait « rien à foutre », et non, nous ne lisons pas tous Charlie Hebdo, certains même, ne connaissait pas ce journal avant l’affaire, mais je pense que ce qui compte c’est l’union. Car l’union fait la force. Et ce n’est pas parce que nous ne manifestons pas tous les jours après chaque drame, que ça se passe plus loin, hors frontières, que nous n’y pensons pas, que nous ne nous sentons pas concernés, que nous n’avons pas envie de pleurer, et de nous dire que c’est injuste. C’est juste que là, il s’agit de notre pays, et nous nous sommes sentis, peut être, plus engagés, parce que nous avons choisi de rester vivre en France après la naissance, ou d’y venir pour d’autres, d’y passer notre temps, d’y trouver notre travail, d’y faire nos enfants, et nous ne voulons pas voir nos droits bafoués. Mais nous sommes touchés par les drames de chaque jour, même si nous n’en écrivons pas des articles, même si nous ne modifions pas notre photo de profil avec les images des attentats syriens, même si tout ça ….

PS : merci à vous, merci pour tous ces rassemblements qui prouvent que nous pouvons tous nous entendre, que nous pouvons être unis, merci pour ceux qui n’ont pas fais d’amalgames, merci pour ceux qui comprennent cet article, merci pour ces échanges qui prouvent que nous pouvons nous entendre même lorsque nous sommes pas toujours d’accord. Merci.

10419576_648868898572558_5537324017649079203_n[1]

TAGS

08/01/2015

23 Comments
  1. Répondre

    Clem

    08/01/2015

    <3

  2. Répondre

    Camomille

    08/01/2015

    Que dire… Je suis d’accord avec chaque mot de cet article. Ces évènements donnent envie d’avoir plus de courage, de mieux se battre pour les belles choses. Merci Virginie <3

  3. Répondre

    Jenychooz

    08/01/2015

    Ton texte m’a touché, j’ai grandi avec leurs dessins, je suis encore sous le choc…
    #jesuischarlie

  4. Répondre

    Sylvie

    08/01/2015
  5. Répondre

    bernieshoot

    08/01/2015

    #jesuischarlie

  6. Répondre

    Lady parisienne

    08/01/2015

    J’ai un peu une sensation de gueule de bois avec ce qui viens de se passe c’est inadmissible et insupportable , que justice soit faite et vive la liberté d’expression, si ils ont cru nous faire taire c’est tout le contraire…

  7. Répondre

    Nénou Swala

    08/01/2015

    Beau texte.
    #JesuisCharlie

  8. Répondre

    Le Blog de Sienna Lou

    08/01/2015

    Un très bel article…je suis touchée par tant d’exactitude! J’en ai les larmes aux yeux face à autant de haine et je me sens tellement impuissante!!! Bisous

  9. Répondre

    Marie

    08/01/2015

    très touchée par ton article, l’écriture a toujours été une façon de m’exprimer pour moi aussi, c’est pour ça que je me suis tournée naturellement vers un blog!
    http://la-petite-vie-de-marie.blogspot.fr/

  10. Répondre

    jaivoulutester

    08/01/2015

    que dire…très bel article ….La France a toujours lutté pour sa liberté, ça ne date pas d’hier, et on continuera encore et encore!
    # je suis Charlie

    flo
    jaivoulutester.over-blog.com

  11. Répondre

    The Crazy Soprane

    08/01/2015

    Je ne suis pas patriote, sans doute parce que la France ne m’as jamais fait de cadeau. Mais je suis attachée à ma liberté, au sens moral, à l’art, aux personnes qui voue leurs vie à leur métier pour le bien du grand plus nombre, car c’est bien ce que faisait Charlie hebdo en écrivant et dessinant dans les lignes du journal, ce que faisait les policiers dans l’exercice de leurs fonctions et ces pauvres innocents. Ce pays m’a appris tout de même appris que tu as le droit de t’exprimer, d’en débattre, de le vivre à fond. Ce qui s’est passer hier est innommable et je tremble en écrivant ces mots. Merci ma Virginie pour cet art que tu maîtrises si bien, l’écriture . Un réconfort dans cette période bien sombre. Gros bisous

  12. Répondre

    Takeitandwearit

    08/01/2015

    un témoignage de plus très émouvant ! personnellement, je n’arrive pas vraiment à mettre de mot sur tout ça, je ne comprend pas… il n’y a surement rien à comprendre, c’est de l’injustice à l’état pure…

  13. Répondre

    lucile avec une aile

    09/01/2015

    Très beau texte, tu le sais déjà vu que je te l’ai déjà dis…
    Je suis triste et choquée et ça ne passe pas… Les jours sont maussades et rien ne s’arrange. Il faut se serrer les coudes pour affronter ça tous ensemble.
    Parce que nous sommes tous Charlie !

  14. Répondre

    Anne

    09/01/2015

    C’est un cauchemar. Et l’horizon n’est pas lumineux aujourd’hui.
    Moi aussi, j’ai grandi avec eux. L’humanité en chacun doit gagner!

  15. Répondre

    Sweetymely -Mely

    11/01/2015

    Encore une fois tes paroles sont poignantes et tellement touchantes ma belle Virginie. Ça fait un bien fou de voir que d’autres nanas comme nous partagent notre douleur et notre indignation face à cette attaque à notre liberté. Comme toi j’ai toujours gribouillé des tonnes et des tonnes de pages pour extérioriser toutes mes douleurs de petite ado bouleversée et ça m’a aidé à devenir une jeune adulte équilibrée, moi aussi j’ai toujours ete sous l’aile de mes profs de dessin qui savaient percevoir que l’art me soulageait, et comme toi je ne sais pas faire dans la demi mesure … Alors merci, merci pour ces lignes dans lesquelles je me suis reconnue, merci pour ton authenticité et ton écriture. <3

  16. Répondre

    Petite Maison of Fashion

    11/01/2015

    Très bon article, j’espère que tout le monde puisse être comme toi, surtout tous les terroristes.

    Je suis Charlie.

    xoxo,
    http://petitemaisonoffashion.blogspot.com/

  17. Répondre

    Julie

    12/01/2015

    Merci pour ton passage et ton commentaire sur mon blog.
    #jesuischarlie

  18. Répondre

    Noir et doré

    13/01/2015

    Je suis charlie <3

  19. Répondre

    Caro*

    13/01/2015

    Magnifique article, nous devons être uni(e)s et solidaires face à ce drame car nous sommes tous Charlie.

  20. Répondre

    CarolineJ

    14/01/2015

    très très beau texte, que j’ai pris la peine de lire en entier, moi qui ait généralement du mal avec les longs articles de blogs (je me suis toujours demandée pourquoi d’ailleurs, parce qu’en dehors de ça, je lis énormement… bref, je m’égare). Comme toi j’ai toujours aimé écrire, gribouiller et dessiner pour m’exprimer. je n’ai malheureusement pas pu me rendre à la marche mais j’aurais beaucoup aimé y être, et j’ai suivi de près les évènements.
    J’ose espérer que la semaine qui s’est écoulée va avoir des conséquences un peu positives sur l’état d’esprit général des gens, même si j’en doute un peu (ce pessimisme naturel…)
    Bisous à toi !

    CarolineJ

LEAVE A COMMENT


Chercher par ici
WANT
Catégories
Instagram Slider
  • Sur le blog aujourdhui je vous parle de la causehellip
  • Toffee nut au lait de soja by starbucks  merciiiiiiiiihellip
  • QUOI? Jaime les arbres amp la nature ? OUI parfoishellip
  • Ce matin ctait balade fracheur  la ppinire  Nancyhellip
  • Je vous annonce sous cette mto merveilleuse que jai finihellip
  • Morniiiiing guyyyyys  allez couraaage  tous cest bientot lehellip
  • Chauds chauds chauds les marrons ! Priode idale pour dgusterhellip
  • Quand tu veux modifier la lgende et que tu supprimeshellip
  • La fatigue a raison de moi en cmoment Partir hellip
  • OUIIII bientt une recette vegan sur le blog et OMGhellip
  • jesuisungrostas part1 seasonparis  mangerbouger toutdanslesfesses
  • Balade digestive autour du boulot ! Il y a deshellip
NEWS / ACTUS
Partenaires
Facebook me