Les petites histoires. Et pas des moindres. L’histoire d’Anais (que j’appellerais Anais pour l’anonymat) et Nicolas. Adios les préjugés, adios les clichés, adios les amalgames.

Si vous aussi vous voulez raconter votre petite histoire, c’est par ici !

Un matin, dans l’esprit de Nicolas … : et si je vivais enfin pour moi. Peu importe ce que mon père va penser, ma famille entière d’ailleurs. Après tout, nous sommes nés pour vivre NOTRE vie. En tant qu’individu. MERDE  c’est MA vie, et je ne veux pas vivre avec des regrets.

Chrétien orthodoxe, de part les origines de ma grand mère paternelle. Papa croyant, maman athée, ma famille c’est la preuve que l’on peut être différents, avoir des idéaux à l’opposé, mais s’entendre, s’aimer, s’accepter malgré les différends politiques, religieux …

J’ai toujours ressenti l’amour de Dieu au fond de moi. Influencé par personne comme souvent on a tendance à le croire à tord, c’est MA volonté qui m’a fait croire à l’époque en l’Eglise, la Bible, en Dieu. Puis, c’est en m’informant, aux alentours de 16 ans, lorsque je me posais bien des questions, que j’ai trouvé toutes les réponses à ces questions là justement. Et surtout que je me suis dis que cette religion là n’était pas celle qui m’animait, du plus profond de mon être, que des choses me gênait, moi, l’âme du scientifique. Oui, car la Bible et la science, c’est pas compatible. Et j’avais besoin d’une foi proche de ma façon d’être, de penser. Comment pourrait-on être bon croyant sinon?

Cette envie de conversion je l’ai ressenti. Tu ne peux pas aller au delà de ce que tu ressens, tu fonces. Il a fallu quelques instants, un saut dans le premier RER, direction le Bourget, au bras un tapis de prière et un livret d’apprentissage. Pourquoi l’Islam? L’idée d’allier la foi et la raison. Croire en un Dieu unique et invisible tout en étudiant les sciences exactes. Voilà.

Mais on se pose souvent la question du : mais que vont penser les autres? On se la pose naturellement, même si cela ne nous empêche pas une seconde de foncer, vivre notre vie. Le tout c’était de se dire: comment vont ils réagir? j’aimerais qu’ils me comprennent et que cela soit bien perçu et interprété. Et la chance d’avoir une famille ouverte d’esprit, cultivée a permis que cette nouvelle n’ait pas été mal perçue, bien au contraire. Que demande le peuple? Enfin, puisque rien n’est parfait, papa n’a pas si bien pris la nouvelle. C’est souvent ça avec les gens bornés et fermés d’esprit il faut le dire. Le résultat? On ne se parle plus. Enfin, IL ne me parle plus. Suppression totale de sa vie, comme s’il n’avait pas eu de fils, et que j’étais orphelin alors que oui, un fils a besoin d’un père. Pourtant je t’assure, j’aimerais qu’un jour il le comprenne. Mais il ne faut pas vivre dans l’obsession de, je vis avec l’espoir qu’un jour, et si ce jour vient …. tant mieux non?

Mon quotidien n’a pas été bouleversé. J’ai toujours cru. Toujours aimé me rendre dans le lieu de ma foi. Aujourd’hui ce sont les mosquées. Evidemment, ce serait mentir de dire le contraire, des choses ont évidemment changé, mais je les perçois comme des petits détails, qui n’entraveront jamais ma foi. Par exemple, mon alimentation est différente, , mon aspect physique a évolué du fait de ma grande barbe. Je suis le même homme, avec l’Islam en point central. Chaque pas que je fais, je le fais en cherchant l’approbation de Dieu. Pas de contrainte, on peut y penser au début, mais après, tout devient naturel. Mes principes épousent ma religion. Et la religion m’a en quelque sorte épousé.

Alors, non, ce n’est pas si facile. Evidemment que les discriminations existent auprès de tous les musulmans en France mais les persécutions sont rares, contrairement à certaines régions du monde comme les palestiniens, si je ne devais retenir qu’un exemple. Mais tout me pousse à croire que les discriminations ne viennent pas du peuple mais des élites politique. Il y a des burkinis sur toutes les plages de France depuis une dizaine d’années sans le moindre problème, mais la polémique commence uniquement en 2016 quand les politiciens se mettent à dire que c’est mal. De manière générale il suffit de parler avec les gens ayant des aprioris pour les chasser et ainsi rassurer ces personnes là.

De manière générale, la France à un gros problème avec la religion, quelle qu’elle soit, on le voit bien. Voir des musulmans parait exotique et hors du commun donc forcément, une mosquée parait anormale, manger de la viande halal aussi. Alors que, dans un pays musulman, l’Islam est une norme donc la perception est différente. Voir des barbus et des femmes voilées au Maroc c’est mignon et folklorique, voir la même chose en France c’est un signe ostentatoire d’une forme de radicalisation. On entend de plus en plus souvent dire que les musulmans sont trop visibles… Je pense plutôt qu’on a de moins en moins envie de les voir. Personnellement j’envie un peu les pays scandinaves, le Royaume-Uni ou les USA, dans ces pays on peut être musulman, juif, chrétien, athée, percé, tatoué, avoir les cheveux bleus etc et tout est accepté au nom de la liberté. En France on ne demande pas plus. Jugeons les gens sur leurs capacités et leurs comportements plus que sur leurs apparences.

En tant que musulman nous croyons que les méritants auront accès au paradis donc quand nous souhaitons atteindre ce but ultime nous faisons en sorte d’être méritant à chaque instant de notre vie. Penser à cela quand nous subissons un coup dur et une bénédiction. Pour ma part, le simple fait de penser à Dieu durant la mort de proches me réconforte et me permet de me relever plus vite que je ne suis tombé. Cela peut paraitre dingue mais voir Will Smith étouffer son chien dans « Je suis une légende » est devenu bien plus compliqué à vivre qu’un problème financier, une maladie ou autre.

Et puis, un matin, chez Anais …. en Janvier 2012. Ma conversion à l’Islam c’est un cheminement qui s’est construit tout au long de ma vie. J’ai toujours cru en Dieu et j’étais « catholique »

J’ai été baptisé, fait ma communion … Je ne pense pas l’avoir fais par foi en cette religion mais plus parce que c’était mon éducation, ce qu’on m’avait appris autour de moi, ou pendant les cours de religion.

Entourée depuis toujours d’ami(e)s musulman(e)s, j’ai pu connaître (mais toujours de loin), l’Islam et ses pratiques. A cette époque je ne m’intéressais pas forcément à la religion. Aujourd’hui, avec du recul je me dis que Dieu sait tout sur tout et qu’il m’a guidée à lIslam au moment de ma vie ou j’étais prête à l’accepter. Finalement, mon intérêt à l’Islam s’est porté à un moment de ma vie où la question existentielle de « que se passe t-il après la mort » s’est intensifiée

C’est une question qui m’a poursuivi depuis toute petite après le décès de mon papa à l’âge de 5 ans. Quand on a connu ce genre d’expérience on est souvent plus sensibilisé et on se pose peut être plus de questions que de normal. J’ai toujours estimé être une âme à part entière et pour moi l’idée que lorsque le corps meurt, l’âme aussi, est tout simplement inconcevable.

J’avais commencé à lire quelques versets du Coran sur internet par curiosité lorsque j’ai rencontré la personne qui partage ma vie aujourd’hui. Italo-tunisien, il a grandi avec sa maman catholique et n’a jamais eu d’enseignement et de pratique musulmane. Il n’a à l’époque rien de musulman. C’est le coup de foudre et je rencontre alors sa famille parmi lequel un de ses cousins ainsi que sa femme (italienne) aussi sont tous deux convertis à l’islam. C’est la première fois que j’ai l’occasion de parler avec une personne convertie à l’Islam. J’ai alors l’occasion de lui poser toutes les questions qui me taraudent depuis des années (clichés, stéréotypes, la femme dans l’islam etc).

J’ai pu découvrir le vrai fond de l’Islam. Ma moitié et moi découvrons ensemble alors la religion musulmane. On a beaucoup lu, beaucoup parlé, et échangé. Le Coran je l’ai évidemment lu avant ma conversion avec objectivité et en faisant des recherches sur des éléments que je ne comprenais pas (la traduction francais du Coran révélé en langue arabe peut changer complètement le sens donné en arabe, et le contexte dans lequel chaque sourate a été écrit.

Et après quelques paroles/rituels, nous voilà musulmans !

Par contre,  je ne l’ai pas annoncé à ma famille, enfin, pour certains, pas tout de suite. Le contexte actuel sur l’Islam m’a freiné et je n’ai pas trouvé le courage de leur dire.

Ma mère l’a compris toute seule. Et ça été très dur. Ma mère n’est pas quelqu’un qui exprime ses sentiments donc après m’avoir lancé pas mal de phrases blessantes, on en a plus parlé mais toujours avec ses non dits et ce tabou en tête qui impacte tristement notre relation.

Ma soeur a pleuré, on a parlé et aujourd’hui tout va bien, elle me respecte, m’accepte et m’encourage même dans l’affirmation de mes choix envers ma mère. Le reste de la famille ne m’en parle pas spécialement mais nous n’avons aucun problème. Mon beau père ne l’a pas su jusqu’à il y a quelques semaines, ma mère refusait de le mettre au courant. Finalement j’en ai eu assez d’être schizophrène et de ne pas être moi même lorsque je me rendais chez elle donc je lui ai dit par texto, j’attends encore sa réponse… ce n’est pas brutal parce que quelque part on s’y attend mais ça fait mal, mais on reste fort parce qu’on sait que c’est une épreuve de Dieu.

La vraie conversion c’est celle du cœur. Adoptez l’islam c’est pas seulement dire une phrase ou ne plus manger de porc. Non, c’est adopter toute sa vie à l’Islam et ses rites. Il faut une foi pure et ferme pour effectuer les cinq prières quotidiennes, le jeune du mois de Ramadan, et aussi travailler sur soi pour améliorer son comportement. Alors OUI la conversion par amour existe, mais elle n’est pas connue pour durer.

J’ai évidemment rythmé ma vie à mes 5 prières par jour, ma vie aujourd’hui est beaucoup plus spirituelle. Ma vision des choses, de la vie, de la nature a complètement changé. Mon alimentation a changé aussi et pas seulement parce que je mange Halal mais aussi parce que je mange plus sainement. On vit comme tout être humain on aime manger, rire, voir nos amis, nos familles, se balader, voyager, travailler. Donc bonne nouvelle les musulmans ne sont pas des extra-terrestres !

Quelle contrainte peut-il y avoir quand on a la foi, que l’on a choisit cette vie? C’est l’Islam qui a fait de moi la femme épanouie que je suis aujourd’hui. Je sais pourquoi je vie, pourquoi je me lève chaque jour et pourquoi un jour je vais mourir. C’est donc un plaisir. Pas une contrainte.

En ce qui concerne les amalgames, je ne les ressens pas, ça ne se voit pas sur ma tête que je suis musulmane  puisque je ne porte pas le voile. Ce qui n’empêche que je suis très touchée lorsque des actes criminels, terroristes sont faits au nom de l’Islam. Je sais de par mes amies que les femmes voilées reçoivent souvent lorsqu’elles sortent des remarques désobligeantes, ou des regards qui en disent long … Et pourtant c’est leur liberté de mettre le voile. A croire qu’en France la seule liberté qu’une femme peut avoir c’est de s’habiller selon les codes de la société actuelle! Moi je peux le dire aujourd’hui je me sens moins libre de mes choix qu’une femme voilée parce que elles elles ont réussi à le mettre envers et contre tout quand moi je suis encore bloquée par ma famille qui n’accepterait pas. Mais je suis heureuse de voir qu’il y a toujours des personnes très ouvertes d’esprit et ça réchauffe le cœur. La réponse aux amalgames ça reste le bon comportement, y’a que ça pour faire changer les mentalités.

Les musulmans s’adaptent selon le pays dans lequel ils vivent. Mais évidemment, l’Islam se ressent plus dans un pays musulman parce qu’il y a l’appel à la prière, les grandes mosquées, parce que la majorité du peuple est musulman et qu’on ne reproche à personne de l’être. En France on est bridé quelque part on fait attention à tout ce qu’on fait, à notre comportement parce qu’on sait qu’on est les représentants de l’islam et qu’ici on a pas le droit à l’erreur.

Mais c’est l’Islam qui me permet de tout surmonter dans ma vie. A chaque épreuve, Donc on sait qu’on doit patienter, remonter la pente et surtout faire confiance à Dieu.

Je termine ce témoignage avec cette parole rapporté du Prophète Muhammad sur les épreuves :

«Je m’étonne du cas du croyant, car sa destinée ne lui apporte que du bien, et nul autre que lui n’a cette spécificité : si un bonheur l’atteint, il remercie Allah et ceci est un bien pour lui ; et lorsqu’un malheur le frappe, il se montre constant et cela est un bien pour lui »

Merci pour eux, votre ouverture d’esprit, votre compréhension. Merci à eux. Merci de ne pas commenter si vous n’adhérez pas. Le respect. L’amour.

Si vous aussi vous voulez témoigner, c’est PAR ICI !

Share: